Prison de Fleury-Mérogis : Quartier Mineur sous tension !

Le bureau local Force Ouvrière Justice s’inquiète de la montée en puissance du nombre de détenus incarcérés au quartier mineur sur le bâtiment D4. Plus particulièrement sur les conséquences sur sa gestion et son fonctionnement.

Actuellement, ce quartier spécifique est saturé avec près de 80 détenus pour une capacité de 94 places. Sans compter les nombreuses cellules défectueuses qu’il faut soustraire.

Les bagarres sur cours de promenades souvent liées à des règlements de compte, sont assez fréquentes.

Ce jeudi 20 juin 2024 vers 15h40, cinq collègues affectés sur ce secteur ont été victime de cette « chienlit carcérale » qui met à rude épreuve les nerfs des personnels.

Ainsi, lors de la mise en place de la promenade un détenu défavorablement connu sur cette entité s’est de nouveau illustré par son comportement perturbateur.

En dépit du dispositif de sécurité mis en place par les agents sous le contrôle d’une gradée, il a tenté de faire passer un CD dans l’une des cours. Malgré les injonctions des agents, il a persisté dans son acte en forçant le passage, en clair il était en phase avec sa « dinguerie ».

La maitrise du « lascar » a été particulièrement difficile et compliquée où un des nôtre a reçu plusieurs coups au niveau du corps. Tandis que 4 autres collègues ont reçu un déversoir de crachat par d’autres minots se trouvant sur la cour de promenades à proximité.

Les collègues ont été pris en charge et accompagnés aux urgences. L’auteur de ses violences a été acheminé au quartier disciplinaire.

Les ELAC ont été dépêchés sur place pour être en soutien et sécuriser les différents mouvements au sein du quartier mineur.

Le bureau local Force Ouvrière Justice sollicite un RETEX sur cet incident et sa gestion.

Le bureau local Force Ouvrière Justice demande des mesures d’urgence et immédiate dans la gestion propre de ce quartier spécifique qui est impacté au niveau sécuritaire.

D’ores et déjà des demandes de transfèrement ont été envoyé à la Direction Interrégionale de Paris pour traitement afin de répondre à l’urgence signalée

Le bureau local Force Ouvrière Justice interpelle le Directeur Interrégional pour une prise en compte réelle des difficultés rencontrées par les personnels avec cette surpopulation carcérale spécifique. Nous rappelons également les nombreuses agressions survenues sur ce secteur.

Lire le communiqué