Lettre Ouverte au Président de la République, Emmanuel Macron : Les futurs Établissements Pénitentiaires Face au MANQUE de PERSONNEL…

Monsieur le Président de la République,

Depuis des décennies, les Présidents de la République et leurs gouvernements respectifs nous promettent des places de prisons supplémentaires.

Il semble que cette fois-ci nous ayons bien un engagement sur le point d’aboutir, avec la création de 15 000 places de prison à l’horizon 2027.

Rien qu’en 2023, ce sont plusieurs SAS, ainsi que 2 Centres de détention qui sont censés ouvrir.

Censés… car ils n’ouvriront pas faute de personnels.

En effet, la situation de l’Administration pénitentiaire est aujourd’hui la suivante :

  • Des vacances de postes de personnels de surveillance sur l’ensemble des établissements de métropole et des outre-mer.
  • Des départs en retraite massifs aujourd’hui, et plus encore demain.
  • Un manque d’attractivité de la profession avec une incapacité à recruter et tout autant à fidéliser.
  • Un taux de participation inférieur à 23% lors du dernier concours de surveillants.
  • En 2021, une enveloppe d’heures supplémentaires rémunérées de 5,5 millions d’euros. Ce chiffre dépassera les 6 millions en 2022.

Il est inutile d’en rajouter, le constat est sans appel : l’administration pénitentiaire est exsangue et ses personnels à bout de souffle.

Aujourd’hui, il semble qu’enfin le cabinet du ministre, Matignon et vous-même preniez conscience de cette réalité. Mais cette prise de conscience arrivant très tardivement, il y a désormais urgence à agir.

Le mouvement de 2018 des Personnels pénitentiaires aurait pu, et aurait dû faire en sorte que nous ne nous retrouvions pas dans une telle situation… si seulement les revendications de FORCE OUVRIERE avaient été entendues.

Monsieur le Président, nous voilà aujourd’hui au pied du mur. Il faut bien admettre que nous ne serons pas en capacité d’ouvrir ces nouveaux établissements, de reprendre toutes les missions d’extractions judiciaires et encore moins les missions qui doivent nous être transférées dans le cadre du Beauvau de la sécurité.

Pour y parvenir, il nous faut recruter des personnels, et il nous faut les recruter maintenant. Ces recrutements ne pourront se faire sans une véritable revalorisation des métiers, sans une réforme statutaire d’envergure qui redonnera enfin de l’attractivité au métier de surveillant pénitentiaire.

Mais, quelles que puissent être les mesures prises, elles ne porteront leurs fruits, en matière de recrutement de personnels, qu’à l’horizon 2024 voire début 2025. C’est la raison pour laquelle il est urgent que vous validiez et mettiez en œuvre le projet de réforme statutaire présenté par FORCE OUVRIERE Justice. Il faut agir vite, avant le printemps, avec une loi de programmation et décrets en Conseil d’État, afin que nous puissions rapidement engager ces réformes. Elles seules permettront de relever tous les défis et répondre enfin aux attentes des personnels et de nos concitoyens.

Monsieur le Président de la République, si nous voulons éviter le fiasco et avoir des établissements neufs fermés faute de personnels pour les tenir, chaque jour compte !

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, mes salutations les plus respectueuses.

Lire le communiqué

Easysoftonic