Prison de Meaux-Chauconin : La fin de la récré

# Conditions de travail

Le bureau local FO justice, sort de son silence, d’abord pour demander à la direction de bien vouloir accélérer les choses concernant l’amélioration des conditions de travail des agents sur le site.

En effet, nous sommes toujours dans l’attente des nouveaux fauteuils réclamés et obtenus par FO justice par le biais des ACMT, en remplacement des anciens fauteuils qui sont actuellement dans un état pitoyable. Aussi, nous sommes toujours dans l’attente de la création de la salle de jeux, un des seuls moyens pour les agents de se changer les idées avant de reprendre le travail après la pause méridienne, qui a été rallongée sur bon nombre de postes depuis la modification du planning du personnel de l’établissement. Ce projet qui avait été pourtant acté et qui semblait réalisable, n’est toujours pas mis en place.

Toujours concernant les conditions de travail, nous sommes surpris, que des agents pour qui on régule (voir on refuse) des heures supplémentaires en règle générale, ont quasiment obligation de faire beaucoup d’heures supplémentaires sans qu’on tienne compte de leurs situations personnelles et familiales. Lorsque vous êtes en manque de personnel vous savez pouvoir compter sur vos agents et lorsque la tempête est passée, ils n’ont droit à aucune reconnaissance. Nous espérons que ce ne sera pas le cas, pour cette fois.

D’autre part, pour constater sans surprise, qu’on voit revenir de très loin un syndicat, seul et unique sauveur de l’établissement, voulant tant bien que mal se démarquer des autres avec en prime tout ce qu’il y a de meilleur pour vous…

Le planning des fêtes de fin d’année changera, mais ce n’est pas un secret, puisque nous avions déjà annoncé cette proposition du chef d’établissement, en déclaration liminaire pour le Comité Technique Spécial (CTS) du 09 mars 2022. (Cf. tract du 09mars 2022)

Ce comité technique spécial de repli, suite au boycott de la CGT locale (contestant la fusion des grades) le directeur de l’établissement, a pris seul cette décision. Les syndicats n’avaient pas besoin de signer, de donner leur accord ou de voter puisque c’était un CTS de repli, c’est- à-dire que seul le directeur a les pleins pouvoirs. Eh oui, la CGT avait préféré boycotter le premier CTS en suivant des directives nationales sachant très bien qu’ils n’ont aucun poids à ce niveau-là, et enterrant de ce fait, nos derniers espoirs de négociation avec la direction sur le sujet des plannings de fêtes de fin d’année…

Et quel boycott ? Un boycott afin de pouvoir trouver une meilleure issue pour la fusion des grades des surveillants…Le président de la République ayant été réélu, nous attendons toujours des suites du courrier qui lui a été adressé et qui devait certainement faire avancer les choses, nous attendons toujours des suites de la pétition pour laquelle vous avez sollicité certains agents, notamment en faisant signer une pétition au niveau du PCI par un agent en poste, rémunéré par l’administration ce jour-là et non détaché pour activité syndicale.

Vous êtes le seul syndicat:

-à avoir bousillé nos acquis sociaux, et signé la nouvelle charte des temps de l’établissement occasionnant une nouvelle organisation et une suppression/réorganisation des postes qui met en place un planning que tous les surveillants refusent jusqu’à maintenant

-à ne pas avoir soutenu clairement la mise en place d’un vote du personnel pour l’adoption de cette même charte favorisant une régression de nos conditions de travail

-à se plaindre du flicage des caméras uniquement lorsque vos petits copains sont embêtés, car on se souvient tous d’un surveillant qui a reçu une demande d’explication après « flicage » des caméras au quartier d’isolement pour avoir tapé à la porte d’une cellule en demandant à un détenu de déboucher son œilleton, où encore dernièrement les moniteurs de sportinquiétés par le « flicage » des caméras pour des faits plus que futiles

-à vouloir faire passer de mauvais actes pour de bonnes pratiques professionnelles, en faisant des tracts gênants pour soutenir l’indéfendable.

-à mépriser les agents, en annonçant par mail que vous avez obtenu la mise en place de la journée continue aux ateliers/promenade unique en travaillant dans l’ombre, sans même considérer la forte mobilisation du personnel ce jour-là et pour laquelle vous n’étiez pas présents.

-à faire des tracts vent debout contre la direction, et le lendemain vous mangez avec eux au restaurant

Vous êtes aussi, le seul syndicat courageux pour faire un tract sur une directrice en partance, alors que vous l’avez toujours bichonnée et choyée depuis son arrivée et même pendant son passage sur l’établissement.

C’est de la même façon que vous revenez vers les personnels, à l’approche des élections pour obtenir des votes et les lâcher, lâchement par la suite…

On vous remercie infiniment pour tout ce que vous faites, mais ce serait gentil de le faire pour tous les agents, et pour rappel nous sommes le seul syndicat, à ne pas avoir signé la nouvelle charte des temps, responsable en grande partie de la décadence de notre établissement, occasionnant un grand nombre de départs tant chez les surveillants que chez les gradés…

Lire le communiqué

Easysoftonic