Prison de Fleury-Mérogis : Violences sur personnel au CD ! La voie de la réinsertion !

Si la surpopulation carcérale défraye les chroniques et retient particulièrement l’attention des organisations pro-détenues dont certaines, n’hésitent pas à alimenter la surenchère dans ce débat de société.

Un autre sujet, tout aussi brûlant ravive les inquiétudes de Force Ouvrière Justice, les violences perpétrées à l’encontre des personnels par une population pénale hostile à l’autorité au sein de nos établissements pénitentiaires.

Les violences décomplexées sont symptomatiques de ce fléau qui gangrène nos coursives et touche les personnels dans leur chair et leur âme.

Notre centre de détention fraichement ouvert n’a pas attendu bien longtemps pour être confronté par cette hostilité.

En effet, ce lundi 17 juin 2024 vers 17h35 un détenu est passé à l’acte lors de la remontée des promenades sur cette structure de réinsertion.

Récemment affecté sur cette structure par sélection de son profil malgré qu’en mars il a tenté de sortir du bâtiment D1 alors qu’il était accompagné d’un gradé et deux agents

Ainsi, lors de la remontée des promenades pour répondre au retrait du drap qu’il a déchiré, il insulte copieusement les surveillants et provoque un violent tapage. Testant la fiabilité des sanctions (dissuasives) exercées au CD, il monte le curseur en menaçant d’agresser le 1er surveillant qui va ouvrir sa cellule.

Lors de l’ouverture de cellule par les agents équipés, il n’hésite absolument pas à appliquer ses menaces en lançant son bol en verre sur les surveillants tout en continuant son langage fleuri.

Grâce à leur professionnalisme et leur réactivité, les agents parviendront à le maitriser et acheminer la première mise en prévention de la structure au quartier disciplinaire.

Enfin, pour confirmer son envie de se réinsérer dans la société, il a été retrouvé dans sa cellule un téléphone portable avec son chargeur.

Le bureau local Force Ouvrière Justice condamne fermement ce comportement et demande sont retour sur une structure plus sécuritaire.

Le bureau local Force Ouvrière restera attentif dans la fermeté des réponses judiciaires et administratives envoyées à cette frange de la voyoucratie.

Lire le communiqué