Prison d’Orléans-Saran : Le Yamakasi du CDH

Aujourd’hui, l’ensemble du personnel de l’établissement a dû faire face à un YAMAKASI !!!

En effet, ce détenu est connu pour ses qualités de SPIDER-MAN qu’il a pu démontrer lors de son passage sur la MC de St Maur ce qui lui a valu son transfert sur le CPOS avec un placement à l’isolement.

Depuis plus d’une semaine il a été affecté au sein du Centre de Détention des Hommes et voilà le résultat malgré les divers signalements et opposition concernant son affectation en détention classique.

A qui la faute ??? Surtout pas au personnel de surveillance.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice constate que le fait d’avoir le nœud de cravate trop serré autour du cou peut amener certains à prendre des décisions qui ne sont pas adaptées au profil de nos pensionnaires.

Ce matin, le YAMAKASI se réveille après une bonne nuit de sommeil et décide de passer à l’action car sa cellule est trop petite.

Aux alentours de 10h05, l’agent qui est élève-surveillante en poste au sein de la surveillance promenade signale immédiatement à son gradé que le détenu R a escaladé le grillage, est passé à travers les concertinas et se trouve sur mur de séparation des deux cours de promenades. De plus, ce dernier a pris le soin de se fabriquer une cagoule.

Le gradé tentera à plusieurs reprises de raisonner le YAMAKASI mais sans succès. D’un saut digne de ce nom, il se retrouve sur le toit du préau de l’autre cour de promenade. Immédiatement, l’alerte est donné.

Le détenu R lancera des bouteilles d’eau se trouvant sur le toit en direction du personnel afin d’afficher sa détermination.

L’établissement sera bloqué, et les détenus se trouvant dans les différentes cours de promenades du CDH et des MA seront réintégrés. Des équipes d’interventions seront constituées.

L’officier de permanence qui se trouve être le responsable du secteur accompagné d’une surveillante tenteront tant bien que mal de raisonner cet énergumène et maintiendront le contact durant plus de 5h avec lui.

Les ERIS seront sollicitées afin de pouvoir déloger le YAMAKASI.

Finalement, vers 15H15, le YAMAKASI décide de redescendre de lui-même dans la zone neutre après avoir montré aux personnels présents ses qualités. Il sera intercepté par les équipes d’interventions.

Les ERIS arriveront à ce moment et prendront le relais.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice tient à féliciter l’ensemble du personnel tous corps et grades (Elève-surveillante, Surveillants, Gradés, Officiers, Directeurs) confondus qui ont contribués à la gestion de cet incident.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice demande des récompenses (TOS et lettres de félicitations) pour l’ensemble du personnel pour leur investissement.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice signale que cet incident nous a permis de constater certaines failles au niveau de la sécurité qui doivent être corrigées dans l’urgence.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice exige la présence de l’équipe ELSP le week-end comme prévu, que tous les postes soient couverts car le planning n’est autre qu’un gruyère.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice remercie les ERIS de Dijon pour leur présence.

Le syndicat local Force Ouvrière Justice a pu constater que pour une fois chacun est resté à sa place, que la transmission des informations et des directives a pu se faire dans le calme et surtout sans ordre et contre-ordre.

L’ensemble du personnel a montré une grande force de solidarité dans la gestion de cet incident. BRAVO et SOYEZ FIERS DE VOUS.

Le professionnalisme des agents de l’établissement n’est plus à démontrer mais il ne doit pas être la porte ouverte aux erreurs de décisions de nos dirigeants et encore moins sur la décision d’affectation de ce type de profil qui pose problème en maison centrale.

Vous voulez que l’on gère ce genre d’individus, donnez-nous les moyens humains.

Sachons travailler en toute intelligence pour le bien-être et la sécurité du personnel.

La SECURITÉ n’a pas de prix !

Lire le communiqué

Easysoftonic