Publié le Laisser un commentaire

Prison d’Argentan : Profession ? Punching-ball !

L’alarme retentit une fois de plus au sein du C.D d’Argentan, une demande de renfort est à nouveau réclamée sur les ICOM… C’est le son de la violence qui heurte un peu trop souvent nos oreilles ces derniers temps !

Coups de poing, encore une fois ! Qui plus est sur une aile de détenus dits « psy », sans que l’on ne dispose de moyens supplémentaires comme on nous l’avait promis.

Sommes-nous devenus les mannequins de boxe de la population pénale ?

Insultés, menacés, souillés de crachats, frappés ; les agents font face à une brutalité croissante. Jusqu’où ? Rappelons que le weekend dernier un drame a pu être évité. Dans quel état aurions- nous retrouvés nos collègues s’ils avaient été victimes de jet d’huile brûlante ?

Les jours passent et rien ne change, il faut être partout et nulle part tant que cela ne fait pas de vagues.

Les bureaux locaux SPS et FO apportent tout leur soutien aux agents victimes d’agressions verbales et physiques.

Les bureaux locaux SPS et FO se demandent si tous les auteurs des dernières violences finiront en garde à vue afin de rendre compte de leurs sévices ?

Portez vos gilets ! Rondez à foison ! Vous n’éviterez ni les crachats, ni les coups, mais vous serez sauvés des demandes d’explications !

Les bureaux locaux SPS et FO tiennent à rappeler que nous sommes bien un centre de détention, et non un centre psychiatrique !

Il serait fâcheux que les personnels, épuisés et atterrés, doivent rester chez eux le temps de récupérer physiquement et psychologiquement.

Monsieur le Directeur, il est temps de redresser la situation, si tout cela est encore possible !

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Caen-Ifs : Inquiétante trouvaille

Hier matin, a été trouvé dans la zone neutre, au niveau de la MAH2, un colis qui contenait des lames de scies. Alors que la veille, les agents de nuit avaient entendu des bruits qui s’apparentaient à un DRONE qui survolait la structure.

Et coïncidence, un de ces engins a été récupéré dans les abords à proximité du bâtiment en question.

Cette découverte est très inquiétante sachant que notre établissement, tout neuf, ne dispose pas de système anti drone malgré la demande de FO Justice au niveau régional.

Le bureau local FO Justice CP CAEN IFS demande qu’une fouille sectorielle soit effectuée sans délais et espère que notre prison ne devienne pas une passoire pénitentiaire.

Le bureau local FO Justice CP CAEN IFS félicite les agents pour leur professionnalisme.

Lire le communiqué

 

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Rouen : Les interventions s’enchaînent du QD homme à la MAF. Le personnel mis à rude épreuve

Arrivé dans l’établissement depuis le début de l’année pour Mesure d’Ordre et de Sécurité, le détenu H. a déjà bien fait parler de lui pour des violences verbales et physiques à l’encontre des personnels de la Maison d’Arrêt.

Ce mardi 27 Février 2024, il a de nouveau fait parler de lui. Exécutant une de ses sanctions au Quartier Disciplinaire, il a fallu que le personnel s’équipe pour aller le chercher en cours de promenade. Ce détenu au profil psy difficile annonce vouloir s’en prendre à la cheffe de bâtiment et aux agents en proférant des menaces de mort.

Quelques minutes après sa réintégration, ce dernier décide de mettre le feu à sa cellule. Un premier groupe d’agents doit s’équiper pour le faire sortir de la cellule enfumée et un second groupe le prend en charge pour l’amener dans une autre cellule en toute sécurité.

Cette intervention a nécessité également le déplacement des pompiers et des Forces de Sécurité Intérieur.

Pas de répit pour les personnels, c’est au quartier femme que la suite se passe.

Une détenue provoque un trouble au sein de la MAF, en criant et tapant dans sa porte de sa cellule. L’agent en poste va voir ce qu’il se passe. C’est alors qu’elle découvre une hystérique demandant à voir la cheffe de bâtiment et le service médical.

L’agent l’informe qu’il va prendre attache auprès dudit service, mais la réponse ne plaisant pas à cette dernière, elle le bouscule et s’agrippe à la rambarde pour ne pas réintégrer sa cellule. La protagoniste finie en cellule disciplinaire pour mettre fin à l’incident.

Le Bureau Local FO Justice félicite l’ensemble des acteurs pour la gestion efficace des incidents et demande qu’il soit félicité.

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Rennes Femmes : Régime différencié. Un de plus !

Aujourd’hui au régime différencié , la détenue V s’en est, UNE FOIS DE PLUS, prise aux surveillantes.

Elle aura déjà perturbé la détention tout le weekend, et s’il ne s’agissait que du weekend !

Cette détenue qui, rappelons-le, est déjà passée par de nombreux établissements en transferts disciplinaires, comptabilise de trop nombreuses agressions sur personnels, y compris chez nous depuis son arrivée.

Connue pour ses troubles psychiatrique, elle fait subir aux surveillantes du secteur sa violence, son tapage, ses actes de pyromanie sans oublié la détérioration de matériel.

C’est ainsi qu’à la fermeture des portes vers 19h35, elle jettera des objets depuis sa cellule en direction des collègues, et forcera le passage pour sortir sur la coursive.

Durant l’intervention pour la maitriser, les surveillantes recevront des coups de pieds et de poings de la détenue. Le gradé de roulement arrivé sur les lieux aura, quant à lui, droit à une gifle.

Maitrisée, la détenue sera mise en prévention, sauf que, faute de QD depuis des mois sur l’établissement (travaux dé restructuration obligé), elle sera placée sur la même aile, c’est à dire le régime différencié, où une cellule a été prévue à cette fin.

Résultat : les collègues en posté l’auront encore a leur charge… Heureusement leur investissement sur le secteur est a toute épreuve…

FO Justice attend avec impatience le transfert de la détenue ! Il est grand temps, les surveillantes ont suffisamment donné.

FO Justice félicite les collègues qui ont mis fin à l’incident et leur souhaite un prompt rétablissement.

FO Justice revendique un placement des profils psychiatriques sur des structures adaptées à leurs pathologies.

Cela fait trop longtemps que les personnels de surveillance sont confrontés a des personnes détenues atteintes de forts troubles psychotiques (schizophrénie, paranoïa, psychoses hallucinatoires…), sans qu’ils aient les moyens de leur prise en charge. Pour certains profils, un placement en détention est envisageable mais pas pour tous, chacun son métier.

Dans son tract du18 novembre 2023, FO Justice écrivait :

« Les collègues ne sont pas personnels psychiatriques mais bien surveillantes pénitentiaires. Malgré une forte polyvalence et un savoir-faire, il y a des cas pour lesquels, une mission d’accompagnement et de gestion EST ET RESTERA tout bonnement impossible ! Preuve en est des trop nombreux écrits sur le secteur… »

Et bien, ça en fait un de plus et certainement un de trop 😔

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Brest : Dédain, méchanceté ou règlement de compte ?

Depuis un fameux contrôle sanitaire aux cuisines, il semblerait que le personnel de surveillance soit dans le collimateur de certain(e)s pour de mauvais résultats.

En effet, après avoir accepté de changer son planning le matin même, réduisant sa pause méridienne de 2h à 45 min, un agent a essuyé un refus catégorique de bénéficier exceptionnellement d’un repas.

Il aura fallu «l’insistance des officiers» pour que l’agent puisse se restaurer.

Le bureau Local Force Ouvrière Justice met quiconque au défi de quitter un uniforme, d’aller se restaurer à l’extérieur, de revenir se changer et de rejoindre son poste, le tout en 45 minutes !!!

Il semble qu’il « appartient au personnel de surveillance d’être prévoyant ou de prévoir les aléas liés aux modifications de pause méridienne ».

Mais de qui se moque-t-on ?

Nous sommes conscients que la cuisine de la MA Brest n’a pas vocation à assurer la restauration du personnel sauf cas exceptionnel !!!

Si dans cette situation décrite plus haut, pourquoi refuser de fournir un repas au personnel de surveillance et accepter d’en fournir quasi quotidiennement à d’autres ?

Il y a tant de choses à revoir concernant le fonctionnement de la cuisine au lieu de chercher des poux dans la tête des personnels de surveillance.

Le bureau Local Force Ouvrière Justice remercie les officiers intervenus pour que notre collègue puisse bénéficier d’un repas.

Le bureau Local Force Ouvrière Justice rappelle que la frontière est étroite entre un comportement inadéquat avec ses subordonnés et le harcèlement.

Vous pouvez compter sur notre organisation syndicale pour continuer à dénoncer, malgré les pressions, de tels faits s’ils venaient à se reproduire.

Force Ouvrière Justice accompagnera les agents désireux de formuler un recours si leur notation annuelle s’avérait farfelue ou mensongère.

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Condé-sur-Sarthe : Prise d’otage à l’unité sanitaire

Ce matin à la suite d’une demande de consultation en urgence avec l’infirmière psychologue de l’unité sanitaire, la personne détenue S au cours celle-ci a réalisé une prise d’otage.

En effet, peu de temps après son installation, celui-ci a surgi de la salle de consultation en interpellant les agents en hurlant : « Surveillant appelle ton directeur, c’est une prise d’otage ».

A ce moment, l’agent constate que ce dernier est parvenu à dissimuler une arme artisanale faite d’une lame de rasoir fixée sur un manche de ciseaux fondu malgré son passage sous le portique.

L’agent essaie d’apaiser la situation pour faire reprendre les esprits à la personne détenue mais celle-ci veut voir le directeur.

C’est grâce à l’intervention des agents sur place appuyés de la gradée QID que la communication a été maintenue et permis une ouverture d’urgence optimum pour permettre l’intervention des ELSP. Cette prise d’otage a pu prendre fin sans blessé physique.

Le bureau local Force Ouvrière Justice présente toutes ses félicitations à l’ensemble des personnels qui ont permis une prise en charge réactive et efficace.

Le bureau local Force Ouvrière Justice souhaite un prompt rétablissement à l’infirmière psychologue qui, comme tout à chacun, a dû trouver ces minutes très longues.

Bien évidemment, le bureau Local Force Ouvrière Justice demande le maintien à l’établissement de cette personne détenue avec un placement au Q.I. pour assurer un suivi en adéquation avec son profil actuel.

Le bureau local Force Ouvrière Justice demande une gratification à la hauteur des évènements pour les personnels primo-intervenants.

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Brest : A chacun son métier !

Si nous savions que le métier de Surveillant Pénitentiaire comportait plusieurs casquettes, il conviendrait de ne pas dépasser les bornes et de vouloir le cuisiner à toutes les sauces !

En effet, quelle n’ont pas été les surprises de Force Ouvrière justice, lorsque nos collègues polyvalents nous ont interpelés, suite à la signature d’un document interne à notre établissement concernant les cuisines !

EST-CE DES REPRESAILLES FACE AUX MAUVAIS RESULTATS DES DERNIERS CONTROLES D’HYGIENE ?

Première surprise :

Ce document est présenté aux agents par l’Adjointe Technique des cuisines !

Depuis quand le personnel technique est le supérieur hiérarchique des personnels de Surveillance ?

Deuxième surprise :

Le document en lui-même est un document technique de cuisine !

Foce Ouvrière Justice comprend très bien que des règles d’hygiène et de sécurité alimentaires doivent être observées. Mais en aucun cas c’est le rôle d’un personnel de surveillance ! Surtout en l’absence de formation HACCP (formation hygiène alimentaire en cuisine).

Le rôle des personnels de surveillance est de veiller à la sécurité !

Madame l’attachée d’administration si vous nous indiquez que le personnel de surveillance n’est concerné que par un paragraphe de ce document, c’est bien l’intégralité de celui-ci que nos collègues signent !

Le personnel de surveillance ne peut être le bouc émissaire d’une cuisine vétuste !

On nous promet depuis des années une nouvelle cuisine, on se demande si elle arrivera bien un jour ?

Le personnel ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable en cas d’intoxication alimentaire !

Au lieu de semer la zizanie entre les personnels de tout corps, attachez vous à maintenir cette cohésion marque de fabrique de notre établissement !

Madame l’attachée d’administration, tant que vous y êtes, demandez aux agents de l’unité sanitaire de faire les consultations en lieu et place du service médical !

Force Ouvrière Justice demande à ce que des investissements conséquents à défaut d’une nouvelle cuisine soient réalisés pour la remise aux normes des cuisines.

Force Ouvrière Justice demande à ce que la charte locale soit revue lors du prochain CSA afin d’officialiser la création de l’équipe polyvalents et leur fiche de poste.

lire le communiqué 

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Brest : Le pire a été évité !

Le vendredi 16 février 2024 s’annonçait comme une journée « normale » sur la maison d’arrêt de Brest. IL N’EN FUT RIEN !

En effet, notre collègue du vestiaire a été la victime d’une tentative d’agression en plus d’insultes et de menaces de mort.

Lors de la fouille réglementaire à la suite de la mise à l’écrou, la personne détenue arrivante est venue au contact de notre collègue tout en vociférant, tapant dans les placards, exigeant de voir un Chef lorsque celle-ci s’est vue retirer une veste à capuche.

« J’égorgerai la première personne que je croiserais avec une capuche ! ».

Tels ont été les propos tenus par ce détenu mécontent du règlement.

Entendant le vacarme, un collègue à proximité des lieux a prêté main forte afin d’apaiser la situation et persuader cet « énergumène » de se calmer.

L’apaisement fut de courte durée !

Au moment de la signature de son inventaire et de sa comptabilité, le détenu a tenté d’asséner un coup à l’agent vestiaire avec un stylo à la main.

Lors de l’ intervention conduisant à sa mise en prévention, le détenu n’ a pas cessé d’ insulter et de menacer .

Bien évidemment le récalcitrant est sorti du quartier disciplinaire à peine entrée !

COUTUME BIEN CONNUE DE LA MA DE BREST !

Le bureau local Force Ouvrière Justice se pose la question suivante :

Comment deux personnes détenues prévenues pour la même affaire et interdites de communiquer se retrouvent dans le même établissement ? (Situation de l’agresseur).

Comment faire respecter ces interdictions de communiquer alors que notre établissement éprouve des difficultés à trouver de la place ?

Cette agression intervient dans un contexte de surpopulation pénale qui bat les records, avec un quartier arrivant qui se retrouve à son tour dans l’obligation d’héberger avec des matelas au sol.

Force Ouvrière justice apporte tout son soutien à notre collègue du vestiaire et condamne cette agression.

Force Ouvrière Justice réclame que des mesures d’urgence soient prises afin de désencombrer notre établissement.

Lire le communiqué 

Publié le Laisser un commentaire

Prison de La Roche-sur-Yon : Situation RH catastrophique

Depuis déjà plusieurs mois, la MA La Roche-sur-Yon connait un manque de personnel récurrent :

  • Sur 28 surveillants nous avons 9 absents ;

  • Sur 3 premiers surveillants 1 seul rescapé ;

  •  Et 1 seul officier sur 2.

Malgré de nombreux signalements auprès de la DI, la seule réponse apportée est que tous les établissements sont en souffrance…en gros ce n’est pas notre problème débrouillez-vous.

Les heures supplémentaires s’accumulent, la fatigue des agents autant physique que psychologique est de plus en plus présente et que dire de la vie de famille…Les postes fixes montent des nuits pour soulager un peu la détention et les officiers prennent des journées de 12 h en semaine et les week-ends pour pallier au manque de 1er surveillant.

NOUS NE SOMMES PAS CORVEABLE A MERCI

On soulignera quand même les efforts de la MA Fontenay qui met à disposition un premier surveillant (sur ses repos) pour que le nôtre puisse récupérer un peu.

L’intersyndicale dénonce cette situation qui n’est plus tenable. Les collègues mutés n’arriveront qu’au 1er Juillet mais d’ici là…

Lire le communiqué

Publié le Laisser un commentaire

Prison de Condé-sur-Sarthe : Sans raison ne veut pas dire irresponsable !

Encore une fois, nous déplorons sur le CP Alençon-Condé sur Sarthe une tentative d’agression sur les agents ELSP et une agression au Quartier Disciplinaire d’un individu déjà bien connu pour des faits de rébellion.

Mardi 13 Février 2024, vers 07H00, alors que les agents ELSP ouvrent la cellule de la personne détenue pour contrôler sa présence et son intégrité physique, l’individu ne donne pas signe de vie.

Les agents investissent la cellule après avoir faits les injonctions d’usage pour une vérification, c’est alors que celui-ci sort du lit en furie pour récupérer la couverture qui obstruée sa fenêtre. L’agent au plus prêt lui demande de lâcher mais le forcené annonce prendre un Pic sous son matelas.

Les agents interviennent et utilise la force pour maitriser l’individu et le place au Quartier Disciplinaire.

Arrivé sur place, les agents QID procèdent aux vérifications d’usage afin de prendre en charge la personne détenue.

Quelques minutes passent, les agents QID ouvrent la cellule pour proposer à celle-ci de voir le médecin. Lors du contrôle œilleton, les collègues constatent que la grille du sas est totalement obstruée par une couverture fournie par l’administration.

Au regard de son profil et de ses antécédents de crise suicidaire, une ouverture d’urgence est effectuée étant donné que le détenu ne répond pas aux injonctions des agents QID. L’individu bondit alors sur le dispositif pour en découdre et acène plusieurs coups.

Le forcené sera maitrisé par l’équipe QID.

Le bureau local FO Justice félicite les collègues ELSP et QID présents pour leur professionnalisme et pour le sang-froid dont ils ont fait preuve face à ces violences gratuites.

FO Justice condamne cette lâche agression et demande que cet individu soit traduit le plus rapidement possible devant la justice.

Le bureau local FO Justice demande que ce détenu reste sur l’établissement au vu de son comportement car celui-ci croit avoir « gagné » son transfert.

Lire le communiqué